Des femmes catholiques s'expriment sur les abus sexuels et appellent au changement


29 novembre 2018

Voices of Faith a organisé le 27 novembre 2018 à Rome un événement historique intitulé «Surmonter le silence - Les voix des femmes dans la crise des abus», réunissant diverses voix de femmes expertes, dont certaines avec une expérience personnelle d’abus cléricaux dans l'Église catholique. À la suite de cet événement, trois recommandations clés pour la réunion des Présidents des Conférences Episcopales de février ont été formulées. 

Dans son discours d'ouverture, Cettina Millitello (Italie) a fait un appel à l'Eglise catholique à pratiquer «l'honnêteté ecclésiale» et à réfléchir profondément aux structures de pouvoir dans l'église qui perpétuent le patriarcat et les abus.

Barbara Dorris (États-Unis), Dr. Rocio Figueroa (Pérou / Nouvelle-Zélande) et Doris Wagner (Allemagne) ont raconté leurs expériences personnelles concernant les abus subis et la résistance à laquelle elles ont dû faire face lorsqu'elles ont tenté de reporté ces faits dans l’effort d’obtenir justice. Figueroa est une ancienne supérieure de la branche féminine du mouvement laïc péruvien Sodalicio et a travaillé pendant cinq ans au Conseil Pontifical pour les Laïcs. Elle a raconté qu'au fil des années, elle avait découvert un nombre croissant de victimes du Vicaire et fondateur du mouvement Sodalicio. Elle a été étiquetée comme un «élément perturbateur» et une «femme malade» lorsqu'elle a tenté de les signaler. Wagner a déclaré que deux hommes qui l'avaient agressé sexuallement quand elle était une jeune sœur de la communauté religieuse «La Famille spirituelle, L’Oeuvre» sont toujours des prêtres à Rome, un est employé à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.  En réfléchissant à son expérience, Wagner a démontré que l'une des principales raisons pour lesquelles les abus sexuels continuaient d'être répandus dans l'Église catholique est le fait qu'il n'y a pas de « séparation appropriée du pouvoir dans l'Église".

Lors d'une table ronde, modérée par Robert Mickens (rédacteur en chef, La Croix International), Virginia Saldanha (Inde), Mary Hallay-Witte (Allemagne / Irlande), Barbara Dorris (États-Unis) et le Dr Rocio Figueroa (Pérou / Nouveau Zélande) ont discuté des obstacles institutionnels et des solutions structurelles possibles pour ce qui concerne la crise mondiale des abus sexuels.

Dorris á soutenu que les prédateurs sexuels existent dans tous les secteurs de la société, mais que là où l'Église catholique échoue, c’est dans dissimulation qui se produit après la dénonciation de l’abus. Figueroa a souligné que de la même façon que les problèmes de traitement des abus dans l’Église sont structurels, les voix des femmes sont également réduites au silence car elles n’ont pas de voix officielle dans la prise de décision au sein de l’Église. Elle a ensuite attiré l'attention sur le cléricalisme: "L'Église respire avec un seul poumon, le clergé, et elle suffoque."

Hallay-Witte, qui dirige les efforts de prévention au diocèse de Hambourg en Allemagne, appelle à examiner le problème de la violence structurelle dans l’Église. Elle a fait un appel aux responsables de l'Église à écouter les victimes et à inviter des femmes expertes telles que celles présentes à cet événement à la prochaine réunion des présidents des Conférences Épiscopales. Poursuivant sur ce point, Saldanha a souligné l’importance de la diversité parmi les femmes invitées à des événements officiels, tels que les synodes ou les réunions au Vatican, ajoutant qu'à dans l'avenir, 50% des personnes prenant des décisions dans l'Église devraient être des femmes. 

D’après les analyses et les expériences des experts qui ont participé à l'événement, Voices of Faith appelle à une action urgente sur les points suivants, dans le cadre de la réunion des présidents des Conférences Épiscopales de février 2019 à Rome:

1. Qu’une liste complète des participants, leurs qualifications et l'ordre du jour de la réunion soit rendus publics au moins six semaines avant le début de la réunion.


2. Toutes les délibérations et tous les votes sur les documents au cours de la réunion soit rendus publics afin de faciliter la transparence.


3. Les voix des femmes survivantes aux abus et avocates devraient être écoutées lors de cette réunion. Par conséquent, un temps approprié devrait être accordé aux voix des femmes, telles que celles qui se sont exprimées à Rome le 27 novembre. L’écoute des voix des femmes est essentielle à tout effort crédible visant à arrêter et à prévenir les abus.

 

À propos de Voices of Faith
Voices of Faith travaille en faveur d'une Église Catholique prophétique où les voix des femmes comptent et où leur participation et accès à la leadership soit égales à celle des hommes. De nombreuses campagnes pour promouvoir la leadership des femmes dans l’Église sont lancées. Pour en savoir plus, visitez www.voicesoffaith.org

La vidéo complète de l’événement «Surmonter le silence - La voix des femmes dans la crise des abus» sera bientôt disponible sur la chaîne YouTube et sur les social media de Voices of Faith.

Pour des questions concernant Voices of Faith veuillez contacter: 

Zuzanna Flisowska

General Manager, Rome

E: zuzanna.flisowska@voicesoffaith.org

M: +39 351 523 4217

W: www.voicesoffaith.org